« Flagrant délit » de désinformation au Parisien

Le débat relancé Voilà une histoire bien française. Elle se passe à Hambach, en Moselle, où est installée l’usine SMART. Ses 800 employés ont dû se prononcer pour ou contre le retour aux 39 heures hebdomadaires, en échange du maintien de leur emploi jusqu’en 2020. Ils ont voté pour. Seulement voilà : les syndicats sont contre et ne signeront pas les accords d’entreprise. Ce vote n’a donc pas d’autre valeur que de montrer l’état de congélation des esprits dès qu’il est question de toucher au dernier totem d’un système à bout de souffle. Notre économie est en vrac, mais pas … Pour en savoir plus…

Impika, le bateau prend du gîte

Comme vous le savez, Xerox France est devenu propriétaire à 100% d’Impika. Vous savez également que l’achat a été financé en interne, c’est à dire par les salariés eux-mêmes avec la valeur ajoutée qu’ils ont apportée. Les résultats d’Impika sont des plus inquiétants. Ils  vont certainement générer un droit d’alerte des élus de Xerox France du fait des conséquences possibles sur les comptes de Xerox France et ses salariés. Jugez vous-même: Chiffre d’affaires Perte 2012 15.8 M€ 0,174 M€ 2013 15,7 M€ 3,8 M€ 2014 25,6 M€ 12,6 M€ source infogreffe Comme nous savons que la société n’a pas de … Pour en savoir plus…

Sans visite de reprise, le contrat de travail reste suspendu

Un salarié ne peut pas être licencié s’il n’a pas repris le travail après un arrêt maladie. Un salarié qui ne reprend pas le travail et qui ne répond pas aux courriers de la Direction ne peut pas être licencié dès le moment où il n’a pas eu de visite de reprise. Les faits Le salarié, M. X… a été engagé en 2006 en qualité d’adjoint de direction, puis promu directeur de magasin un an plus tard. Après près d’un an d’arrêt maladie, le salarié a cessé de produire des arrêts de travail sans, pour autant, reprendre le travail. L’employeur … Pour en savoir plus…