John Visentin CEO de Xerox et vice-president

Giovanni « John » Visentin (55 ans) a travaillé de 1984 à 2011 pour IBM dans divers postes, à titre de directeur des ventes pour IBM Canada au milieu des années 1980. Il a finalement occupé un poste de direction, occupant le poste de vice-président mondial des services aux utilisateurs finaux et de directeur général des services technologiques intégrés pour l’Amérique du Nord.

Il a quitté IBM en 2011 pour travailler chez Hewlett-Packard, où il était vice-président exécutif et directeur général de la division HP Enterprise Services.

En 2012, Pitney Bowes a mis en place une nouvelle équipe de gestion et une de ses actions initiales a consisté à vendre 400 millions de dollars à Apollo Global Management (PBMS) de Pitney Bowes (noté dans notre précédent commentaire comme exprimant un intérêt pour Xerox) .

En 2013, Apollo a utilisé PBMS pour créer Novitex Enterprise Solutions avec John Visentin en tant que Président exécutif et CEO. Puis, en 2017, Novitex, SourceHOV ont été regroupés par Quinpario Acquisition Corp. 2 pour former Exela Technologies dans le cadre d’une transaction de 2,8 milliards de dollars.

Exela Technologies, a réalisé un chiffre d’affaires annuel de 1,5 milliard de dollars et des clients dans 55 pays.

Novitex et Exela exploitaient des bureaux et desservaient des clients dans la région de Rochester.

En mars 2018, Carl Icahn a annoncé qu’il avait embauché Visentin comme consultant, « à la fois dans le cadre des prochains concours de proxy et pour explorer des alternatives stratégiques pour Xerox en notre nom. »

Icahn, le plus grand actionnaire de Xerox, cherchait à évincer Jacobson et à remplacer le conseil d’administration par sa propre liste de candidats.

Ci-après les deux lettres envoyées aux actionnaires par Xerox et par Carl Icahn et Darwin Deason, les deux actionnaires contestataires (Xerox Letter to All Shareholders 090518.pdf; Open Letter to Xerox Shareholders Carl Icahn.pdf)

Il a cité les antécédents de Visentin en tant que cadre supérieur, « en particulier lorsqu’il s’agit de réorganiser des opérations complexes avec des lacunes managériales antérieures dans l’industrie des services informatiques afin de toujours générer une croissance rentable».

Icahn a déclaré que Visentin avait les compétences idéales pour aider les actionnaires à comprendre pourquoi la fusion proposée avec Fuji était une mauvaise idée, et qu’une nouvelle équipe de direction pourrait mettre l’entreprise sur une trajectoire positive.

Procès clause de non-concurrence
Lorsque Visentin a quitté IBM en 2011 pour travailler chez Hewlett-Packard, IBM a demandé à un tribunal fédéral de délivrer une injonction interdisant son déménagement. Ils ont soutenu qu’une clause de non-concurrence dans le contrat de Visentin stipulait qu’il ne pouvait pas travailler pour un concurrent pendant 12 mois après avoir quitté son emploi. Le tribunal a refusé d’émettre une injonction, une décision qui a été confirmée en appel.

L’affaire a établi de nouveaux précédents jurisprudentiels pour l’application des accords de non-concurrence, qui devenaient monnaie courante dans le domaine de la technologie.

Le tribunal a reconnu que des accords de non-concurrence pouvaient être appliqués dans certains cas, mais a statué que des accords trop larges ne seraient pas appliqués. La décision obligeait les anciens employeurs à démontrer avec précision que leurs informations confidentielles ou leurs secrets commerciaux seraient compromis.

Etudes
Giovanni « John » Visentin détient un baccalauréat en commerce de l’Université Concordia à Montréal et parle anglais, italien et français.

NDLR
Afin de remplacer la valeur de certaines indemnités que perdrait Giovanni « John » Visentin en rejoignant Xerox, les membres indépendants du conseil d’administration ont approuvé l’attribution de 350 755 actions ordinaires de Xerox dont les droits seront acquis :
          (1) le 1er mai 2019, sous réserve de son emploi continu jusqu’à cette date,
          (2) résiliation volontaire pour motif valable ou résiliation sans cause par la société,
          (3) résiliation pour cause de décès ou d’invalidité
          (4) changement de contrôle.
L’attribution a été accordée en dehors du plan incitatif de performance de Xerox Corporation 2004 (tel que modifié et reformulé) et a été approuvée par les membres indépendants du conseil d’administration sur la base de la dispense d’emploi prévue par la Règle 303A.08 du NYSE. exige l’annonce publique du prix. « 

A la suite de la démission de Jeff Jacobson et de cinq membres du conseil, un nouveau conseil de direction a été constitué avec cinq nouveaux entrants: Jonathan Christodoro, Keith Cozza, Nicholas Graziano, Scott Letier et John Visentin. Ils siègent aux côtés de ceux qui restent en place : Gregory Brown, Joseph Echevarria, Cheryl Krongard et Sara Martinez Tucker.
Le nouveau conseil après avoir nommé John Visentin CEO de Xerox et vice-president, , a investi Keith Cozza comme president.
Comme souligné dans nos éditions précédentes, la marche à suivre qui a été donnée est claire:
            Le nouveau conseil d’administration doit se réunir pour examiner les « alternatives » qui pourraient améliorer la valeur de l’action.

Quel dommage que ce point ne soit pas mentionné dans les communications du nouveau CEO aux salarié(e)s de l’entreprise. Un simple oubli, certainement !

Rappelons toutefois que Fuji n’a pas dit son dernier mot et a contesté la décision unilatérale de Xerox en date du 18 mai dernier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
Protection!
Fermer le panneau