Joli mois de mai

pascale_coton-2011-bdN’en déplaise au patronat, la multiplication des jours fériés au mois de mai ne pèse en rien sur l’activité économique. C’est ce que vient de révéler une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) : la perte de point de PIB constatée dans certains secteurs, notamment l’industrie (0,4 %), serait compensée par une augmentation de l’activité dans les mêmes proportions dans d’autres secteurs, dont le tourisme. On est donc loin des cinq milliards perdus par jour chômé, chiffre avancé par certaines officines patronales. Les études menées depuis dix ans à l’occasion de la suppression du caractère férié du lundi de Pentecôte indiquent, en outre, que l’impact sur l’activité économique, l’emploi et les finances publiques d’une journée supplémentaire de travail est quasi nul. Néanmoins, tous les ans, à la même période, le Medef réclame à cor et à cri l’abrogation d’un ou de deux jours fériés. Dans Le Figaro du 2 mai, le dirigeant d’une PME propose même d’étaler les jours fériés sur l’année…

C’est oublier que chaque jour férié a pour objectif de faire mémoire d’un moment marquant de notre histoire nationale ou mondiale : célébrer la victoire définitive des Alliés sur la barbarie nazie, intervenue le 8 mai 1945, en septembre n’aurait aucun sens, pas plus que le fait de commémorer en février la tuerie de Chicago du 1er mai 1886, qui vit des ouvriers tomber sous les balles de la police.

À l’heure où l’on se plaint de ne plus avoir de repères, cette proposition est une aberration, pour ne pas dire plus !

Ce débat, comme celui sur le travail du dimanche, n’en demeure pas moins révélateur d’une société qui place l’économie en son cœur et érige les gains financiers comme priorité, au détriment de la qualité de vie, du bien-être et de la convivialité qui, eux, ne sont pas quantifiables. Ce débat en appelle un autre, sur la rémunération du travail : depuis l’émergence du capitalisme, le salaire est fonction de la productivité marginale ; ne serait-il pas souhaitable que le salaire rémunère mieux le service rendu à la collectivité ? On verrait, ainsi, les émoluments des assistantes maternelles, des intervenants auprès des personnes âgées ou des salariés du recyclage augmenter et ceux des traders et de certains PDG diminuer.

Pascale Coton, secrétaire générale

Pantin, le 6 mai 2015

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Joli mois de mai

  1. Mauvais souvenir dit :

    Commémorer la victoire, c’est commémorer la défaite du grand patronat, celui-là même qui a su collaborer avec les nazis. Alors, pensez donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.