HP se prépare-t-il à acquérir Xerox?

Is HP gearing up to acquire Xerox? – Andy McCourt

While Fujifilm Holdings continues to stoically pursue a fulfillment of the original offer, valued at USD$6.1 billion; Xerox, under CEO John Visentin, has re-organised as a holding company – giving it the flexibility to divest parts or all of its global empire and deliver handsome returns to shareholders including the dissidents Carl Icahn and Darwin Deason who, with approximately 15% of Xerox stock between them, initiated the revolt against the Fujifilm deal.

Fujifilm is continuing with its $1 billion lawsuit over the failed deal, which resulted in the exits of former CEO Jeff Jacobson (now CEO of EFI) and his board – to be replaced by Icahn-Deason friendly Visentin and a new board. This Damoclean sword still hangs over Xerox as Fujifilm claims that the new board ‘walked away’ from a deal that was already agreed to under Jacobson.

However, as we have seen in Trump-era America, rules and conventions are up for challenge and the old adage ‘a deal is a deal’ no longer applies.

Few could rationally argue that Fujifilm saved Xerox from bankruptcy in 2000 when it injected around USD$1.85 billion into the company in return for its China sales operation and an extra 25% of Fuji Xerox Asia-Pacific; taking its share to 75% and diminishing Xerox’s to 25%. Without that, Xerox would have ‘had a Kodak moment’ and gone under. Wall Street, it appears has a short memory for such white-knight salvations.

With the Fuji Xerox j.v. running to 2021 and the Japanese giant supplying the bulk of Xerox’s office printers and top-line production printers such as the superlative Iridesse, the damage of a fall-out between the two partners would appear potentially fatal – with Xerox losing its grip on the fast growing Asian  markets and also most of its supply chain. Appearances, however, can be deceptive.

Enter the HP factor

In June this year, Xerox announced that it would be sourcing A4 and entry-level A3 office printers and MFPs from HP. Buying in entry level and DaaS (device as a service) printers from outside is not new for Xerox – HP acquired Samsung printers last year and inherited OEM deals – but the timing of the move is intriguing.

Respected industry analyst firm Wirth Consulting had this to say: “While Fujifilm’s (President) Komori may still have Xerox on his mind, the tension between the two companies, the $1 billion lawsuit, and Carl Ichan’s demand for $40 per Xerox share appear to make an acquisition highly unlikely. Anything is possible, but we still see the joining together of two iconic American companies, Xerox and HP, as a good possibility.”

Why would this be a good fit? First, let’s look at the two companies, Xerox and HP:

Xerox, while strong in some areas and with good recurring revenues, has not just missed the boat on the two fastest growing areas of print – it’s missed the entire flotilla! I refer to the digital production of labels, packaging and signage.

  • Xerox has no digital label offering of its own and has stood on the sidelines as HP, Xeikon and now Konica Minolta have reaped the benefits of global demand for short-run label printing and converting lines powered by digital.
  • Xerox has made several half-baked attempts to get into wide format and signage but has no cohesive offering – perhaps a legacy of it’s toner-based bias whereas digital wide format is all inkjet (despite that Xerox pioneered electrophotography in wide format in the 1990s).
  • Xerox also has no cohesive offerings in the packaging sector apart from the ability for iGens to make folding cartons. HP walks all over them with the HP Indigo models and PageWide inkjet devices for pre-print liners and corrugated.

And, looking at HP:

  • HP is massively strong in digital production colour print, especially labels with HP Indigos.
  • HP is not particularly strong on office and ‘copier-based’ production print which produces nice recurring revenues with managed systems – this is Xerox’s forte, with excellent channels. Despite repeated efforts, HP has only managed to glean around 10% of the ‘copier’ type of businesses, dominated by Xerox, Konica Minolta, Canon, Ricoh and others.
  • HP and Xerox are both American companies with commonality of culture, bourse listings and language. Xerox is full of former HP execs in senior management.

As Kathleen Wirth of Wirth Consulting notes: “It’s hard to think of many companies that have been through the storms that Xerox has been through, and its best bet may well be with HP. Along those lines, Xerox has hired several key former HP executives, and Icahn and Darwin have stated that they would welcome partnering with a “PC company,” specifically mentioning HP (also mentioning Apple and Lenovo, the likelihood of which seems very small).  (HP is also said to have inquired about a purchase in January 2018.) ”

As time and court hearings go on, the likelihood of a resurrection of the original Fujifilm-Xerox takeover seems less and less likely. The two parties just don’t get on anymore. Yes, they still trade with each other and there is a degree of inter-dependence; but come 2021, a renewal of the longest-running j.v. in USA-Japan business history is doubtful. Maybe a higher offer from Fujifilm could appease the Icahn-Deason camp but it could also trigger a bidding war – again creating a win-win situation for Xerox shareholders.

There’s no crystal ball of certainty but an HP-Xerox, or parts of Xerox, unification ticks a lot of boxes for both organisations.

 

HP se prépare-t-il à acquérir Xerox?

Tandis que Fujifilm Holdings continue de chercher stoïquement à concrétiser l’offre initiale, d’une valeur de 6,1 milliards de dollars américains; Xerox, dirigé par le directeur général John Visentin, s’est réorganisé en société de portefeuille, ce qui lui donne la possibilité de céder une partie ou la totalité de son empire mondial et d’offrir de beaux bénéfices aux actionnaires, y compris les dissidents Carl Icahn et Darwin Deason qui, avec environ 15% Xerox entre eux, a initié la révolte contre l’accord Fujifilm.

Fujifilm poursuit son procès pour un milliard de dollars suite à l’échec de l’accord, qui a entraîné la disparition de l’ancien PDG, Jeff Jacobson (actuel PDG d’EFI) et de son conseil d’administration, qui seront remplacés par Visentin et un nouveau conseil. Cette épée Damoclean plane toujours sur Xerox, Fujifilm affirmant que le nouveau conseil d’administration «s’est éloigné» d’un accord déjà conclu sous Jacobson.

Cependant, comme nous l’avons vu dans l’Amérique de l’ère Trump, les règles et les conventions peuvent être contestées et le vieil adage «Un accord est un accord» ne s’applique plus.

Peu de personnes pourraient raisonnablement soutenir que Fujifilm a sauvé Xerox de la faillite en 2000 en injectant environ 1,85 milliard USD dans l’entreprise en contrepartie de son activité de vente en Chine et de 25% supplémentaires de Fuji Xerox Asia-Pacific; sa part à 75% et la réduction de Xerox à 25%. Sans cela, Xerox aurait «eu un moment Kodak» et disparu. Wall Street, semble-t-il, a la mémoire courte pour ces salutations de chevalier blanc.

Avec le Fuji Xerox j.v. jusqu’en 2021 et que le géant japonais fournit l’essentiel des imprimantes de bureau et des imprimantes haut de gamme de Xerox, telles que le superlatif Iridesse, les dommages causés par une brouille entre les deux partenaires sembleraient potentiellement fatals – Xerox perdant de son emprise sur le rapide marchés asiatiques en croissance et la majeure partie de sa chaîne d’approvisionnement. Les apparences peuvent cependant être trompeuses.

Entrez le facteur HP

En juin de cette année, Xerox a annoncé qu’elle achèterait des imprimantes et des multifonctions A4 A4 et A3 d’entrée de gamme. L’achat d’imprimantes de niveau d’entrée et de DaaS (périphérique en tant que service) n’est pas une nouveauté pour Xerox – HP a acquis les imprimantes Samsung l’année dernière et a hérité des offres OEM – mais le moment choisi pour le déplacer est intriguant.

Le cabinet d’analystes respecté, Wirth Consulting, a déclaré: «Bien que le président de Fujifilm (Komori) puisse toujours penser à Xerox, la tension entre les deux sociétés, le procès d’un milliard de dollars et la demande de Carl Ichan d’acquérir 40 dollars par action de Xerox semblent une acquisition hautement improbable. Tout est possible, mais nous voyons toujours la possibilité de réunir deux entreprises américaines emblématiques, Xerox et HP, »

Pourquoi cela conviendrait-il? Tout d’abord, regardons les deux sociétés, Xerox et HP:

Xerox, bien que fort dans certains domaines et avec de bons revenus récurrents, n’a pas manqué de manquer le bateau sur les deux zones d’impression dont la croissance est la plus rapide, il a également manqué l’ensemble de la flottille! Je parle de la production numérique d’étiquettes, d’emballages et de panneaux de signalisation.• Xerox ne propose aucune offre d’étiquettes numériques et reste à la traîne, car HP, Xeikon et maintenant Konica Minolta ont profité des avantages de la demande mondiale d’impressions d’étiquettes à court tirage et de lignes de conversion numériques.• Xerox a tenté à plusieurs reprises de passer au format large et à la signalisation, mais ne propose aucune offre cohérente. Peut-être a-t-il hérité de son biais basé sur le toner tandis que le format grand format numérique est entièrement à jet d’encre (malgré le fait que Xerox ait lancé l’électrophotographie grand format dans les années 1990 ).• Xerox ne propose également aucune offre cohérente dans le secteur de l’emballage, mis à part la possibilité pour iGens de fabriquer des boîtes pliantes. HP les accompagne partout avec les modèles HP Indigo et les périphériques à jet d’encre PageWide pour les liners préimprimés et ondulés.Et, regardant HP:• HP est très fort dans l’impression couleur de production numérique, en particulier les étiquettes avec HP Indigos.• HP n’est pas particulièrement performant en matière d’impression de production bureautique et «sur copieur», qui génère des revenus récurrents intéressants avec les systèmes gérés – c’est le point fort de Xerox, avec des canaux excellents. Malgré des efforts répétés, HP n’a réussi à glaner qu’environ 10% des entreprises de type «copieur», dominées par Xerox, Konica Minolta, Canon, Ricoh et d’autres.• HP et Xerox sont deux sociétés américaines partageant la même culture, les mêmes valeurs boursières et la même langue. Xerox regorge d’anciens membres de la haute direction de HP.Kathleen Wirth, de Wirth Consulting, a déclaré: «Il est difficile de penser à de nombreuses entreprises qui ont traversé les tempêtes qu’a connues Xerox. Son meilleur pari est peut-être avec HP. Dans cette optique, Xerox a embauché plusieurs anciens dirigeants clés de HP, et Icahn et Darwin ont déclaré qu’ils seraient ravis de nouer un partenariat avec une «société informatique», mentionnant spécifiquement HP (mentionnant également Apple et Lenovo, ce qui semble très peu probable). (HP aurait également demandé un achat en janvier 2018.) « Au fil du temps et des audiences, la probabilité d’une résurrection de la prise de contrôle initiale de Fujifilm-Xerox semble de moins en moins probable. Les deux partis ne s’entendent plus. Oui, ils commercent toujours les uns avec les autres et il existe un certain degré d’interdépendance; mais venons en 2021, un renouvellement du plus long j.v. l’histoire des affaires USA-Japon est douteuse. Une offre plus élevée de Fujifilm pourrait peut-être apaiser le camp Icahn-Deason, mais elle pourrait également déclencher une guerre des enchères – créant à nouveau une situation gagnant-gagnant pour les actionnaires de Xerox. Il n’ya pas de boule de cristal de certitude, mais une unité HP-Xerox, ou une partie de Xerox, recèle bien des boîtes pour les deux organisations.

 

 

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.