Le PLFSS 2019 remet en cause les activités sociales et culturelles versées par les comités d’entreprises

UNE ATTAQUE DIRECTE AU RÔLE DES CSE ET AU POUVOIR D’ACHAT DES SALARIÉS QUE LA CFTC NE SAURAIT ACCEPTER ! L’Assemblée nationale a adopté, le 24 octobre dernier, dans le cadre de l’examen en séance publique du PLFSS 2019 (projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019), l’amendement n°252, visant à modifier les modalités d’attribution des activités sociales et culturelles (ou ASC). Sous couvert d’une sécurisation juridique des pratiques existantes admises par l’administration de sécurité sociale (ACOSS et URSSAF), les députés ont inscrit en PLFSS, par voie d’amendement, un article 7bis qui érige en norme l’exonération de cotisations … Pour en savoir plus…

Inclusion des élèves en situation de handicap

http://Array  Le député LFI François Ruffin a pris à partie La République en marche, jeudi à l’Assemblée nationale, après le rejet préalable d’une proposition de loi LR pour « l’inclusion des élèves en situation de handicap ». L’Assemblée nationale a retoqué jeudi une proposition de loi LR pour « l’inclusion des élèves en situation de handicap », le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer mettant en avant « le chemin » déjà pris par le gouvernement et une concertation à venir. Une décision qui a provoqué la colère du député insoumis François Ruffin, qui a pris à partie ses collègues d’En Marche dans l’hémicycle jeudi soir. « Vous … Pour en savoir plus…

Les valeurs de la CFTC

 Le respect de la dignité de chaque personne C’est reconnaître la dimension sacrée de l’être humain. La valeur d’un salarié, actif ou non actif, ne dépend ni de sa condition, ni de son âge, ni de sa religion, ni de son sexe ni de son niveau hiérarchique dans l’entreprise : elle est absolue. Dans l’entreprise, cela se traduit par l’intérêt porté à tous (de l’apprenti au cadre supérieur), par la négociation, par le refus que les personnes soient traitées comme des objets, des marchandises ou des machines. Le respect de la dignité nous conduit à être acteur de la … Pour en savoir plus…

Se soigner quand nécessaire

Cela n’arrive pas qu’aux autres : plus d’1 assuré sur 4 qui se présente dans les accueils de l’Assurance Maladie déclare avoir déjà dû remettre des soins à plus tard, notamment à cause d’une couverture insuffisante, pour des raisons financières ou par méconnaissance du système de soins (1). Familles monoparentales ou personnes vivant seules, assurés sans activité professionnelle ou avec de petits revenus, sans mutuelle ou sans médecin traitant… Il existe 1 001 raisons de retarder ses soins. Le risque encouru ? La dégradation de son état de santé général ou une qualité de vie diminuée. À partir de la … Pour en savoir plus…